Dookoom

"The Worst Thing" feat David Banner

hip hop / trap / grime / Afro punk

Extrait de "Silbi Dog" EP

I.O.T Records / Atypeek Music

Sortie le 25 oct 2017

DOOKOOM, le groupe sud africain, traduit devant la  Commission des Droits de l'Homme par un groupe de défense des droits civiques afrikaans blancs (Afriforum) pour avoir soulevé des questions d'inégalité, de propriété foncière et de violence structurelle en Afrique du Sud avec le titre « Larney Jou Poes », ont uni leurs forces avec la légende du Dirty South hip-hop, David Banner, pour le single "The Worst Thing" (sorti sur le EP Silbi Dog en 2015).

 

L’actualité mondiale actuelle, nous a motivé à en faire un clip. Car ce sont des jours sombres que nous vivons actuellement, ponctués de violence étatique où le racisme structurel, résultat direct de la suprématie blanche, rend les vies noires sans valeur à travers le monde. DOOKOOM et David Banner, respectivement d'Afrique du Sud et du Mississippi, deux lieux séparés par des milliers de kilomètres, mais unis par une histoire commune d'oppression noire aux mains des suprématistes blancs, se sont unis pour exprimer leur colère et inviter leurs frères et sœurs  noirs à embrasser les principes de l'unité, de l'éducation historique et politique et de la résistance.

 

La chanson exige aussi que les frères et soeurs blancs entendent la colère noire, affrontent leur propre histoire et contemplent les effets du colonialisme et de la suprématie blanche à travers le monde, afin de faire partie de la solution, et non du problème.


La vidéo montre le kidnapping de deux hommes blancs qui se font «torturer» (dans le style de la célèbre scène de thérapie par aversion d’ «Orange Mécanique» de Stanley Kubrick) en les forçant à regarder des images historiques d'atrocités commises par des blancs sur des noirs. La vidéo s'appuie également sur un thème qui revient régulièrement dans le travail de DOOKOOM, que l'acceptation passive de la victimisation n'est pas une option. Il fait écho au discours prononcé par Malcolm X lors du rassemblement fondateur de l'Organisation de l'unité afro-américaine en 1964 : «Nous voulons la justice par tous les moyens possibles... nous la voulons maintenant ou alors nous pensons que personne ne devrait l'avoir». DOOKOOM ne demande pas justice, ils l'exigent.

 

En tant que groupe multiethnique (avec deux membres blancs), DOOKOOM rejette rapidement la réponse simpliste, du  racisme contre les Blancs : «Nous sommes des artistes, nous voulons que les Blancs entendent et voient la colère noire et réfléchissent vraiment à propos de leur implication dans l'oppression historique ou dans le maintien des structures de pouvoir qui imposent la suprématie blanche à ce jour. À la fin de la journée, nous voulons la paix et l'unité ... par tous les moyens nécessaires"

Follow Dookoom
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • SoundCloud Social Icon
Extrait du "Silbi Dog" EP
Listen / Buy / Support

© 2019 by I.O.T. Records /  Marseille / All right reserved.